Horus Pharma
Horus Pharma

Santé cognitive : Comment booster votre cerveau ?

Santé cognitive : 152 millions de personnes concernées d’ici 2050

Le vieillissement est le produit d’un vaste éventail de dommages moléculaires et cellulaires au fil du temps1 . Comme c’est le cas pour les autres organes du corps humain, le cerveau évolue avec l’âge, tant dans sa structure que dans ses habiletés à réaliser la diversité de ses fonctions2 . La fréquence des altérations cognitives augmente au fur et à mesure de l’avancée en âge et demeure très variable d’une personne à l’autre. Ces altérations sont regroupées de façon générique sous le terme démence.

La démence se manifeste par la dégradation de la mémoire, du raisonnement, du comportement et de l’aptitude à réaliser les activités quotidiennes3 . Dans le monde, le nombre total de personnes atteintes de démence devrait atteindre 82 millions en 2030 et 152 millions d'ici 20505. On estime aujourd’hui qu’entre 5 et 8 % des personnes âgées de 60 ans et plus sont atteintes de démence à un moment donné3.

La maladie d’Alzheimer est la forme la plus répandue de démence chez les personnes âgées, avec une prévalence d'environ 4,4 % chez les plus de 65 ans. Elle affecte la fonction cognitive, l'humeur et le comportement .

L’alimentation au service du bien vieillir

Bien vieillir passe avant tout par une alimentation équilibrée répondant aux besoins nutritionnels spécifiques de l’organisme. En effet, l’alimentation apporte un ensemble de nutriments indispensables au bon fonctionnement du cerveau permettant ainsi d’en retarder le vieillissement5.

Les acides gras oméga 3 à longue chaîne, acides eicosapentaénoïque (EPA) (lire l'article sur oméga 3) et docosahexaénoïque (DHA), sont notamment essentiellement apportés par la consommation de poissons et de produits de la mer : leur synthèse naturelle par l’organisme est très faible. Le DHA est uncomposant majeur des neurones, facilitant la transmission des messages5.

Certaines études ont démontré le lien positif existant entre régimes méditerranéens et prévention de la maladie d’Alzheimer6 . L’une d’entre elles met notamment en évidence la corrélation entre l’amélioration de la mémoire et la supplémentation en huile extra-vierge ou huile de noix7. Des suppléments vitaminiques ou alimentaires peuvent ainsi être présentés comme ayant des effets positifs sur la cognition.

Stimulez votre santé cérébrale avec une activité physique ou sociale !

D’autres publications ont montré qu’il existait un lien entre l’apparition de troubles cognitifs et des facteurs de risque liés au mode de vie tels que la sédentarité, le tabagisme et l’usage excessif de l’alcool3.

A un âge avancé, des exercices visant à entretenir la masse musculaire et une bonne nutrition peuvent aider à préserver les fonctions cognitives8 . L’activité physique permet par exemple le maintien de la mobilité et de l’indépendance6. Les interactions sociales peuvent également aider à prévenir le déclin cognitif. Incitant à l’activité physique, elles permettent aussi de maintenir une qualité de sommeil et donc, une consolidation de la mémoire et l’élimination des toxines du cerveau9 .

D’autres facteurs existent et les premières années de vie peuvent se montrer déterminantes. Ainsi, le niveau d’éducation et l’évolution dans un environnement stimulant sont deux paramètres associés à la survenue de troubles cognitifs plus tardive. L’entraînement cognitif tel que l’apprentissage de langues, les jeux ou les activités sociales participent aussi au ralentissement du processus.

En résumé, misez sur l’alimentation, l’activité physique et la stimulation par le jeu pour faire travailler votre mémoire et ainsi ralentir l’apparition de troubles cognitifs.

1. Agence Française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA), Apports nutritionnels conseillés pour la population française, 2009, page 315
2. Institut national de santé publique du Québec, La santé cognitive, une nouvelle cible pour vieillir en santé, Novembre 2017, page 15
3. OMS, la démence, principaux faits, 12 décembre 2017
4. Simon C. Dyall, Long-chain omega-3 fatty acids and the brain: a review of the independent and shared effects of EPA, DPA and DHA, Frontiers in Aging Neuroscience, 21 April 2015
5. Catherine Esnouf, Jean Fioramonti, Bruno Laurioux, L’alimentation à découvert, CNRS éditions, 2015, page 180-181
6. Institut national de santé publique du Québec, La santé cognitive, une nouvelle cible pour vieillir en santé, Novembre 2017, page 22
7. Damien Mascret, Le déclin cognitif ralenti par une alimentation saine, Mai 2015
8. OMS, Vieillissement et santé, principaux faits, Février 2018
9. Institut national de santé publique du Québec, La santé cognitive, une nouvelle cible pour vieillir en santé, Novembre 2017, page 23

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies et autres traceurs afin de vous proposer
du contenu et des services personnalisés selon vos centres d'intérêts et de réaliser des statistiques de visites.
Pour en savoir plus, consultez notre politique de protection des données personnelles

Abonnez-vous à notre newsletter ICI